Au sommaire :


Bilan

Bonjour chers amis,

 

Au moment de sa création en avril 2010, notre association YIDIKA, Village créatif dont le but est de contribuer à l’amélioration des conditions de vie des populations du Congo, s'était donné pour objectifs principaux :

 

  • d’établir un partenariat technique et financier en vue de mettre en place des actions d’information et de sensibilisation sur le développement durable, la solidarité internationale.
  • de construire dans un second temps, une « Maison des associations » écoconstruite (écocentre de Pointe-Noire)

 

YIDIKA a envoyé en partenariat avec la DCC, deux VSI (Volontaires de Solidarité internationale depuis septembre 2012 pour une mission solidaire de deux ans. Le premier objectif a été réalisé à travers :

 

  • la création d’un centre de ressources sur le développement durable et la citoyenneté, en partenariat avec l’AJID, une association locale ;
  • le lancement d’un projet pilote de promotion et diffusion de Cuiseurs à Bois Econome (CBE) ;
  • l’appui au renforcement de capacités d’associations locales, en particulier l’aide à la création de la DYDECO, une association des habitants du quartier Mpaka qui œuvre pour l’amélioration du cadre de vie (assainissement, développement communautaire).

 

Parallèlement, à ses activités, les deux VSI ont entrepris de prendre dès leur arrivée des contacts pour présenter le projet d’écocentre et en apprécier de faisabilité. Plusieurs conditions préalables devraient être réunies pour que la construction, le fonctionnement et la viabilité de cet écocentre soient assurés :

 

  • d’abord, s’accorder avec des partenaires sérieux et crédibles, en phase avec YIDIKA sur la philosophie de cet espace associatif écologique ;
  • acquérir le terrain bien situé qui devra accueillir cette construction ;
  • enfin, finaliser la construction et le lancement de l’écocentre.

 

A ce stade, voici nos remarques au regard des conditions supra citées :

 

Ø La majeur partie des organisations de la société civile (OSC) congolaises et de Pointe-Noire en particulier, sont jeunes, de très petite taille et structurellement faibles en termes de management et organisation internes. Ce sont également les conclusions tirées par le P.C.P.A, un programme pluri-Acteurs d’appui à ces associations, et dont fait partie YIDIKA depuis juin dernier. L’expérience de collaboration que nous avons avec l’AJID, une de ces OSC, illustre hélas, leur incapacité pour l’instant à conduire des projets de grande envergure comme l’écocentre.

 

Ø La question de l’accès au foncier est assez problématique surtout dans la ville de Pointe-Noire et ses environs immédiats. En effet, l’explosion démographique (déplacés de la guerre et boom économique) contribue à exercer une véritable inflation sur l’immobilier et le foncier. Les prix des terrains sont devenus prohibitifs et ils ne sont pas rares, ces cas litigieux de terrains ou parcelles vendus à 2 voire 3 acquéreurs simultanément. Ce qui en l’état est problématique et accroit considérablement le coût prévisionnel de l’écocentre.

 

Ø Aussi, un autre défi concerne la disponibilité en bois, matériau retenu pour promouvoir une construction écoresponsable. Paradoxe ! le Congo grand producteur de multiples essences tropicales (Niové, Bilinga, Moabi, Noyer du Gabon, Okoumé,…) accuse un défi de bois disponible pour les artisans locaux. Un véritable scandale dénoncé par la société civile, l’interprofession du bois et malgré les nombreux colloques et autres forums (Racewood en 2011), les artisans et bâtisseurs sont encore contraints de s’approvisionner clandestinement et à des prix très élevés.

 

 

 

Voilà, exposé quelques réalités de terrain qui expliquent en partie le retard par rapport à notre calendrier initial.

 

Cependant, notre projet obéit à un vrai besoin ressenti par les acteurs locaux, les pouvoirs publics qui nous encouragent à explorer toutes les pistes pour le concrétiser.

 

C’est dans ce sens que notre notre rencontre avec la COGEF, Coopérative de Gestion Foncière est une bonne opportunité.

 

Cette structure regroupant plus d’une centaine d’exploitants agricoles, pilote actuellement un projet bien conçu, de création d’ un village agricole d’avenir. J’étais encore hier en réunion avec leur Coordinateur (Mr Alfred Ntsiété). La COGEF vient d’acquérir 36 ha de terres sur le plateau de Hinda situé à 20mn de Pointe-Noire sur la route nationale n°1. Ce village comprendra entre autres, une école, un centre de centre de ressources professionnel et un habitat rural d’avenir.

 

Nous leur avons parlé de notre collaboration avec Aster, présenté le projet d’écocentre. Ils sont très désireux de travailler avec nous car leurs besoins sont immenses surtout en termes d’expertise (inventaire de la biomasse, des sols, conseils en écocenstruction).

 

Même si l’écocentre n’a pas encore vu le jour tel que prévu initialement, des initiatives comme celle de la COGEF mérité d’être accompagnée et soutenue car comme aurait dit Gandhi :

 

« Ce que vous faites pour moi, sans moi, vous le faites contre moi ».

 

Merci d’être allé au bout de ce long compte-rendu !

Bonne journée et transmettez nos amitiés à tous les amis français et bretons.

 

Charly et Aurélie

VSI YIDIKA/DCC


Oui-Oui est arrivé à l'école Emmancel

Nous avons la joie de vous annoncer que depuis ce mercredi 09 octobre 2013, Oui-Oui est arrivé à l’école Emmancel et a été chaleureusement accueilli par l’équipe pédagogique représentée par Mr Michel, Directeur des études accompagné de 3 institutrices.

Pour rappel, Oui-Oui est parti de Bretagne pour la ville de Craon pour rejoindre Maurice et Gabrielle. Ensuite, notre invité a parcouru environ 6.000 km par avion pour atterrir à l’aéroport international Maya-Maya de Brazzaville. De là, il a accompagné nos amis également volontaires DCC à Voka, petit village de montagne situé à 160 km de la capitale congolaise. Là-bas, Oui-Oui a probablement donné un coup de main pour « soigner » les porcs, volailles et autres lapins dont s’occupent Maurice et Gabrielle. Retour à Brazzaville en camion d’où il a repris un dernier vol direction Pointe-Noire.

Il était exactement 15h30 ce lundi 07 octobre quand j’ai récupéré le joli carton contenant notre grand voyageur. Il a ainsi pu échapper à tous les contrôles de papiers et de visa.

En l’absence de Mr NZEBA Auxence , « promoteur » du groupe scolaire, Mr Michel a accueilli Oui-Oui en compagnie de 3 maîtresses. Il a tenu à remercier chaleureusement les enfants de Plelan pour le colis adressé à leurs petits correspondants, l’équipe a promis de bien prendre soin de Oui-Oui et faire bon usage des supports pédagogiques (1 Imagier, 9 livres, le classeur de coloriage, le calendrier).

Nous avons convenu de revenir très prochainement prendre des nouvelles de Oui-Oui et les enfants de l’école Emmancel vont à leur tour préparer du courrier pour Plelan, qui partira avec Jean-Aimé en novembre prochain.


Kirikou et les hommes et les femmes

Bonjour à tous,

Juste un transfert de mail pour vous partager cet événement qui enchante déjà tous les enfants de notre quartier Mpaka 120. La projection prochaine (jeudi 17 octobre à 18h30) du film "Kirikou et les hommes et les femmes" pour les enfants de 7 à 77 ans. Les Sœurs de la Communauté Salésienne accueilleront cette grande première qui concrétise le partenariat signé entre notre centre de ressources "Ô Mbongui des Jeunes et l'IFC de Pointe-Noire.


Je voudrais bien vous y inviter tous mais, je crains que vos activités respectives vous empêchent de faire le déplacement... alors on ne manquera pas de partager avec vous les photos souvenirs !

Charly

 


Forum des Associations de Quintin

L'association Yidika Village Créatif était présente au forum des associations au pays de Quintin le samedi 7 Septembre 2013 pour sensibiliser et informer les sympathisants, visiteurs et futurs adhérents sur le projet de l'association et le travail des deux VSI.



Visite de l'orphelinat Padre Pino Puglisi à N'Goyo

Vendredi 19 juillet, des membres de l'association Yidika, Aurélie, Charly, humanitaires depuis un an à Pointe-Noire au Congo et Maryvonne (en visite pour un mois, dans la famille de son gendre), accompagnée par Tifenn, sa fille et les enfants, se sont rendus à l'orphelinat Padre Pino Puglisi à N'Goyo, qui fonctionne en partenariat avec une association italienne.

 

Maryvonne avait comme objectif d'apporter de l'aide alimentaire à des enfants d'un orphelinat. Celle-ci a été financée par son frère Joël et elle-même.

 

Construit après la guerre de 1997, l'orphelinat est à l'initiative d'une femme franco-congolaise qui a financé la construction des locaux. M. Pépin Ejimba en assure la coordination. Ancien religieux, c'est en 2004 qu'il a été appelé de Brazzaville pour mettre toute l'organisation, en place.

 

La structure compte actuellement 28 enfants âgés de 9 mois à 18 ans (2 jeunes titulaires du BAC, suivent leurs études supérieures à Brazzaville, l'orphelinat assurant la location de leur logement). "Les enfants sont placés par le tribunal pour enfants. Il s'agit pour la première année, d'un placement provisoire, suivi d'une garde juridique définitive. Ces enfants sont adoptables et trois l'ont déjà été" précise Pépin Ejimba. En ce qui concerne l'éducation, "la religion catholique est le socle principal, ce qui leur donne une rigueur et des bases solides pour pouvoir grandir".

 

L'orphelinat fonctionne avec environ 920 000 FCFA par mois, financé en partie par des dons des membres de l'association italienne, des aides ponctuelles de particuliers et grâce aussi à la mise en place d'un service de transport, en car, par M Ejimba : "Il faut avoir des entrées d'argent pour faire du social", insiste le coordinateur qui présice par ailleurs, que la pharmacie de l'orphelinat à bénéficié de dons en médicaments, par des expatriés en partance. L'orphelinat essaie en parallèle, d'être autonome.

Sur le plan médical, M Ejimba a appris les soins de base pour traiter le paludisme. Aidé par l'infirmière, il pose les perfusions aux enfants de l'orphelinat, mais également aux enfants du quartier et cela gratuitement. Par ailleurs, un contener partant de Naples, rempli de médicaments, matériels et dons divers, doit arriver prochainement. Sur le plan matériel, un pétrin doit également arriver, la construction d'un four à cuisson, pour fabriquer le pain est en projet et un système de récupération des eaux de pluie, a été installé.

 

Après dix années d'investissement et de don de soi, M Ejimba va repartir en Italie en octobre, pour rejoindre sa femme et ses enfants (dont un petit garçon adopté à l'orphelinat et atteint de drépanocytose). D'ici trois mois, Il doit trouver quelqu'un qui prenne le relais avec autant de compétences et de dévouement.

Maryvonne Le Charpentier



Agenda culturel à Pointe-Noire

L’Institut Français du Congo (IFC) à Pointe-Noire et notre Espace Ô Mbongui des Jeunes ont signé un accord de partenariat en mai dernier. Cette convention permettra à nos jeunes adhérents d’accéder plus facilement à l’offre culturelle riche et variée du Centre français et aux habitants du quartier d’assister gratuitement aux animations culturelles qui y seront délocalisées.

 

La Communauté religieuse des Sœurs Salésiennes, installée depuis quelques années à Mpaka, a accepté de se joindre à nous et de mettre à disposition ses infrastructures pour accueillir ces animations.

Vous trouverez ci-dessous le compte-rendu de cette rencontre ainsi que quelques photos présentant cette communauté religieuse.

 

Pour info, les Sœurs Salésiennes de Mpaka font partie de la grande famille des  "Salésiens de Don Bosco", une grande congrégation religieuse dont la vocation est de donner une éducation et un métier aux jeunes. Ils ont pour cela la gestion d'écoles, principalement professionnelles, de maisons à caractère social et de paroisses. La Communauté de Mpaka 120 dispose d’un centre de formation professionnelle (pâtisserie, coupe-couture), d’un lycée technique (comptabilité, secrétariat, gestion), d’un foyer d’accueil pour jeunes filles et propose entres autres de nombreuses animations culturelles et sportives pour tous les jeunes du quartier.

Plus d'infos sur le blog des Soeurs Salésiennes, région de l'Afrique Equatoriale

Charly, VSI Yidika

Lire le compte-rendu



Projet CBE : bientôt une diffusion à grande échelle

Des nouvelles du projet de cuisson écologique :
Le projet de promotion des Cuiseurs à Bois Economes (CBE) entre dans la phase de diffusion active !

Rappel du déroulement du projet, de janvier à fin mars 2013 :
Après le diagnostic et l’enquête sur les modes de combustion utilisés par les femmes du quartier, un groupe de dix femmes avait été constitué pour expérimenter l’utilisation du CBE et rendre compte de l’économie de combustible éventuellement réalisée. A l’issue de cette expérimentation, les femmes ont unanimement témoigné de l’économie substantielle réalisée (1.500 F CFA/semaine en moyenne) grâce à l’utilisation du CBE. Sept femmes parmi les dix ont été volontaires pour promouvoir l’utilisation du cuiseur auprès de leur entourage. Elles ont reçu chacune un Cuiseur fabriqué par un artisan soudeur du quartier.

Avril-Mai 2013 : un temps de « pause » …

Juin-Juillet : avant de passer à la construction !
Durant ces deux mois, la recherche de l’atelier avec lequel nous pourrions travailler, l’attente des financements, la construction d’un prototype de CBE pour la mise au point sur le plan technique. « Il a fallu attendre les financements nécessaires pour lancer la fabrication d’une première vague de dix cuiseurs à diffuser. La majeure partie des soudeurs contactés pour assurer la fabrication à partir du modèle BISS, nous demandaient un coût de main d’œuvre trop élevé pour avoir un coût de revient et donc un prix de vente final acceptable », explique Charly, maître d’œuvre durant cette partie technique du projet.

« Un des soudeurs a accepté la fabrication, mais son poste à souder était trop ancien, et il devait l’arrêter régulièrement à cause de la surchauffe. Nous avons proposé à Maître Aïssene un contrat de collaboration dans lequel il s’engage à fabriquer les CBE à un coût raisonnable en contrepartie du renforcement de son atelier grâce un microcrédit »
. Ainsi, un nouveau poste à souder de 400 A d’une valeur de 200.000 F CFA (300 €) a été acheté et proposé à l’atelier en microcrédit, à rembourser en dix mois. Bonne nouvelle ! Après deux mois, le poste a permis de relancer la fabrication des CBE et surtout l’artisan soudeur a choisi de rembourser plus vite le prêt. A ce jour, il a déjà redonné quasiment la moitié de la somme soit 95.000 F CFA (145 €).

Début Août 2013 : la diffusion active des Cuiseurs à Bois Economes
Le samedi 3 août dernier, une réunion de travail (lire le compte-rendu) avec les femmes ambassadrices et les représentants de l’association DYDECO (des habitants du quartier) a eu lieu pour organiser les ventes. Au bout d’une semaine, 4 cuiseurs avaient déjà été vendus. Les femmes et l’association ont proposé plusieurs modes de diffusion du Cuiseur à Bois Econome pour qu’il profite au plus grand nombre :

  • Prise de commandes par l’intermédiaire des femmes ambassadrices
  • Tenue d’un point de vente dans le quartier par une des femmes ambassadrices
  • Grande opération de promotion et vente au Marché en septembre 2013. Le prix de vente du CBE est fixé à 10.000 F CFA (environ 15 €).

A partir de la rentrée, notre défi sera de développer le projet de diffusion des cuiseurs à bois économes à l’échelle de la ville de Pointe-Noire !



Yidika s'inscrit au FORIM

Le Forum des Organisations de Solidarité Internationale issues des Migrations (FORIM) est une plateforme nationale qui réunit des réseaux, des fédérations et des regroupements d'Organisations de Solidarité Internationale issues de l'Immigration (OSIM), engagés dans des actions d'intégration ici et dans des actions de développement dans les pays d'origine. Le FORIM représente environ 700 associations intervenant en Afrique Subsaharienne, au Maghreb, en Asie du Sud Est, aux Caraïbes et dans l'Océan Indien.

www.forim.net


Bilan et perspectives à J+365

Bonjour à tous, amis du Bureau, du pôle Web et à travers vous, à tous les amis et sympathisants !

 

Au cœur de l’été et avant de nous envoler pour trois semaines de vacances, nous nous acquittons comme l’a fait Jean-Aimé du devoir de vous envoyer un tableau récapitulatif de nos activités durant cette première année de volontariat et les perspectives possibles pour les 6 prochains mois.

 

Merci à toi Jean-Aimé de ce compte-rendu exhaustif concernant l’assemblée plénière et les réunions du Comité de pilotage du PCPA-Congo.

 

Vous trouverez également, en pièces jointes, trois « panneaux » qui nous ont servi de supports pour expliquer au grand public l’action de YIDIKA sur le terrain, ils pourront être utilisés lors de la manifestation prévue en France en septembre prochain.

 

Bilan des activités mais aussi et surtout bilan personnel, familial au sortir d’une année riche en rencontres mais aussi mouvementée sur le plan de la santé. Nous avons eu à ce propos un échange de mails avec la DCC (Avec Arnaud et Armelle en particulier, les chargés de mission Congo). L’objectif principal pour nous est de trouver un complément de mission, pour "améliorer" notre indemnité de mission et pouvoir aborder sereinement l’année qui vient. Nous avons déjà pris contact avec des structures ici à Pointe-Noire (école française, une crèche , une communauté religieuse) qui pourraient proposer un poste, à Aurélie en particulier... à suivre. Dans tous les cas, nous vous tiendrons rapidement informés des suites afin de convenir ensemble de la conduite à tenir à partir de début septembre.

 

En attendant, merci encore de vos témoignages d’amitié sans cesse renouvelés et à notre tour nous vous souhaitons nos sentiments les meilleurs. Très bonnes vacances ou bon courage à ceux qui travaillent et à bientôt.   -  Aurélie et Charly - VSI YIDIKA -

Télécharger
Bilan des VSI - année 1
Yidika Congo - bilan VSI - annee 1.pdf
Document Adobe Acrobat 78.3 KB
Télécharger
Présentation des actions - année 1
Yidika Congo - panneaux annee 2012-2013.
Document Adobe Acrobat 1.0 MB
Télécharger
Perspectives - année 2
Yidika Congo - perspectives VSI - annee
Document Adobe Acrobat 57.9 KB


Réunion de la section locale du PCPA-Congo

La première réunion des associations constituant la section locale du PCPA Pointe-Noire à la suite de l’assemblée plénière de juin dernier, s’est tenue le mercredi 17 juillet 2013 dans les locaux du FJEC (Forum des Jeunes Entreprises du Congo). Supervisée par l’animatrice locale, Lydie Kouka Fortunée, cette rencontre avait pour objectifs de :

  • de rendre compte des grandes lignes du rapport sur la capitalisation des acquis du PCPA qui sera disponible prochainement ;
  • de présenter une ébauche de calendrier d’activités pour la période de septembre à décembre 2013.

 

Neuf O.S.C. (Organisations de la Société Civiles) avaient répondu présentes à cette réunion qui a débuté vers 13h30 à savoir : APNI - AJID - CABES - SIMCS - CNJ - ADDCC - YIDIKA - HANDICAPES SANS FRONTIERES - ACSPC.

 

Lire le compte-rendu complet


Réunion de travail entre Unicongo, Ajid & Yidika

16/07/13

Réunion de travail avec UNICONGO pour aider l'association AJID dans sa restructuration du dispositif d'appui à l'insertion professionnelle.

 

La rencontre entre Bridie LAPLACE, consultante UNICONGO (syndicat patronal congolais), Monsieur MATOKO Franck Roger, Secrétaire Exécutif AJID et Aurélie BIGOUNDOU, VSI YIDIKA à Pointe-Noire fait suite :

  • à une première rencontre, dans le cadre du plaidoyer d’AJID, en avril 2013, autour de la question de l’emploi et des stages des jeunes à Pointe-Noire. L’AJID était alors représentée par Mr Kaya Herman, Charly et Aurélie BIGOUNDOU KOUMBA
  • au Salon de l’Emploi où Madame Bridie LAPLACE avait convié l’AJID à tenir un stand d’aide à la rédaction de CV et un stand d’aide à la rédaction de lettre de motivation ;
  •  aux Portes Ouvertes de l’APNI où nous nous étions retrouvés.

 

L’AJID depuis 2011, et désormais le centre de ressources « Ô Mbongui des Jeunes », se préoccupe de favoriser l’insertion professionnelle des jeunes. Après avoir travaillé au placement des jeunes, en lien avec l’ONEMO, l’AJID...

 

Lire le compte-rendu complet


Le 14 juillet à Pointe-Noire !

14 juillet sans feu d'artifices... mais avec chansons françaises, bonne humeur et buffet de fromages et charcuterie offert par Monsieur le Consul ! Et pendant ce temps, nous étions aussi là pour faire connaître nos actions à Pointe Noire. Merci Monsieur le Consul, Patrice Servantie !

La veille de la fête, nous avions rendez-vous avec les autres associations de France Volontaires pour l’installation des stands dans le carré réservé aux associations. Ce fut l’occasion de rencontrer Monsieur BAH Moussa, responsable de l’antenne France Volontaire Congo, d’autres volontaires en mission et leurs associations d’accueil.

Le petit village associatif comptait les associations de solidarité AJID, YIDIKA, Médecins d’Afrique, Fondation Saris, Rénatura, Sodios, ANEP, Femmes seules chef de familles, Association de Solidarité Internationale, Help Congo.

 

Le 14 juillet, à partir de 14h, les associations finissaient d’installer leur stand en même temps qu’arrivaient les premiers invités. Défilé de jolies robes et costumes colorés, ambiance musicale française (ça change !) style année 80, ambiance décontractée et bon enfant et petit soleil de saison sèche sur fonds de brise marine étaient de la fête !

 

Les officiels (Préfet, Maire, Députés, corps diplomatique) ont été accueillis par Monsieur le Consul Patrice Servantie aux alentours de 16h30. Il a prononcé un discours sur le sens de la fête nationale du 14 juillet et rendant un vibrant hommage à l’amitié historique entre la France et le Congo. Il a remercié le Maire de Pointe-Noire et au-delà, tous les habitants de cette ville pour l’accueil chaleureux réservé aux 3000 français de Pointe-Noire.

 

Après son allocution, l’assistance a été invitée à entonner les hymnes nationaux français et congolais. Ces hymnes ont ensuite et chanté et mimé en langue Vili (l’ethnie principale de la région du Kouilou) par un groupe de femmes.

Maryvonne Le Charpentier, en vacances à Pointe Noire avec sa fille, son gendre et ses deux petits-enfants, était avec nous pour partager ce moment convivial.

Monsieur Servantie, récemment nommé doyen des consuls de Pointe-Noire, a convié ses invités à se restaurer au buffet dinatoire composé de fromages français, de charcuterie et à prendre un verre dans le spacieux jardin de cette belle propriété de bord de mer. Ensuite, la musique française et congolaise a entrainé les uns et les autres à se laisser aller à quelques pas de danse. La réception s’est achevée aux environs de 20h.



Portes ouvertes de l'Association Pointe-Noire Industrielle

Un mois de juillet bien animé avec les portes ouvertes de l'Association Pointe-Noire Industrielle (parmi les dernières arrivée du PCPA-Congo comme Yidika !) ; ... mais ce n'est pas tout !

 

Lire le compte-rendu de la journée



Assemblée plénière du PCPA-Congo à Brazzaville

19 & 20/06/13

Jean-Aimé Mouloungui explique :

 

"Je viens m'acquitter du devoir de vous rendre compte de mon séjour à Brazzaville (Congo), où j'ai été représenté notre association à l'assemblée plénière du PCPA-Congo. Durant ce séjour, j'ai eu, en compagnie de Charly, des réunions, entretiens et contacts informels avec d'autres acteurs du PCPA-Congo, dont SADEMA (OSC française des Yvelines), ASA et ANAT (Dolisie, Congo), avec Cédric LE BRIS du Conseil Général des Yvelines (France) et Moctar DIALLO du PROJEG (PCPA-Guinée).

Je ne saurais vous exprimer avec du texte l'émotion qui m'a envahit lors de la réunion du samedi 22 juin : avec les représentants des OSC victimes des explosions du 4 mars 2012 ! Je reste à votre disposition pour de plus amples informations autour de ce séjour..."

 

Voici son compte-rendu :

 

L’association Yidika, représenté par son vice-président, Jean-Aimé Mouloungui, et un de ses volontaires, Charly Bigoundou Koumba, ont participé à l’assemblée plénière du PCPA-Congo qui s’est tenue à Brazzaville en la salle de conférence de la Fédération des MUCODEC. Le délégué de Yidika a participé à la réunion inaugurale du nouveau COPIL et à la réunion.

Plus de cent (106) délégués ont répondu présents sur les 121 associations, pouvoirs publics et collectivités locales français et congolais. La cellule exécutive, sur décision du comité de pilotage, a aussi convié à ces assises les représentants des autres PCPA : du Maroc (PCM), de Guinée Conakry (PROJEG) et d’Algérie.

 

Les adhérents peuvent lire la suite ici.



Yidika signe une convention avec l'IFC

04/07/13

Yidika a signé une convention avec l'Institut Français du Congo - Pointe-Noire.

L’IFC – Pointe Noire fait partie du réseau mondial des centres culturels français, réseau piloté par le ministère des Affaires étrangères et européennes. Avec le L’IFC de Brazzaville, il a en charge la politique de coopération et d’échanges culturels entre la France et le Congo mais aussi avec l’Europe et les autres pays du continent africain.

" Nous en sommes fiers car c'est la reconnaissance du travail de communication mené et la perspective pour les habitants du quartier Mpaka 120 de Pointe-Noire de bénéficier d'un accès à la culture à moindre coût. " - Aurélie & Charly -


Yidika intègre le PCPA-Congo

L’association Yidika a, lors de sa dernière AG et à la majorité des membres présents et représentés, voté pour son adhésion au PCPA-Congo.

 

La candidature de Yidika a été validée le 17 mai 2013. C’est pourquoi le délégué de Yidika, Jean-Aimé MOULOUNGUI, a été invité par le PCPA-Congo à l’assemblée plénière qui s’est tenue du 19 au 20 juin, à Brazzaville, en République du Congo.

 

Le PCPA-Congo est un programme qui a pour principales missions :

 

  • de renforcer les capacités des Organisations de la Société Civile congolaises agissant dans la lutte contre la pauvreté, pour la construction et le maintien de la paix et la lutte contre les inégalités ;
  • de multiplier la concertation entre elles et avec les différents acteurs des sociétés civiles congolaises et françaises, ainsi qu’avec leurs pouvoirs publics.

Yidika est entrée au PCPA-Congo parce que c’est le plus crédible de tous les programmes que les ONG ou pouvoirs publics du Nord aient monté au Congo. Ce programme permet à Yidika de travailler avec les OSC congolaises et française au sein d’une plateforme de renommé transnationale.

 

Ainsi, Yidika pourra agir au plus près des besoins des populations et OSC locales congolaises ; et ne pas tomber dans les travers de certaines ONG du Nord qui ont la prétention de connaître, mieux qu’eux même, les besoins des populations locales.

 

La preuve que Yidika ne s’est pas aventurée dans une organisation banale repose sur la qualité et la renommée de quelques unes des OSC membres du PCPA-Congo :

 

 

Enfin, au terme de l’Assemblée Pleinière, Jean-Aimé Mouloungui a été élu au Comité de Pilotage du PCPA-Congo par 100 voix sur 106 votants. Ce résultat est le fruit de la reconnaissance, par les OSC congolaises et françaises, du sérieux et de la qualité du travail accompli par nos deux volontaires Charly et Aurélie.

 

 

"Qu’ils trouvent ici ma gratitude et mon respect pour la grandeur de leur engagement."    

 

 

Jean-Aimé Mouloungui, vice-président de Yidika



Correspondance écolière [2]

24/06/13

Jean-Aimé reprend le vol Air France de ce lundi et retrouvera donc le sol français demain tôt le matin. Nous avons été ravis de nous retrouver à Brazza pendant 3 jours, de travail, d'échange amical et de réflexion sur l'avenir de Yidika, notre engagement commun.

Il devrait produire dès que possible un petit compte-rendu pour partager la richesse et l'intensité de cette assemblée plénière du PCPA Congo. Recevez déjà en avant-première quelques photos en pièces jointes.

Virginie, rassure toi ! Le colis envoyé par l'école de Plelan et la classe de Maëlia est enfin arrivé au Congo, à Pointe-Noire et plus précisément à l'école Emmancel après un périple assez incroyable.

Nous sommes allés remettre le colis ce lundi vers midi à Mr Michel, le Directeur des études ainsi qu'aux deux maîtresses. Les enfants étaient ravis de découvrir les photos de leurs correspondant français, nous enverrons la réponse des 2 enseignantes par mail si elles ont le temps de la préparer avant la fermeture des classes.

La direction de l'école Emmancel a aussi promis de nous adresser un courrier officiel pour dire ce que leur apporte ce partenariat et les perspectives pour l'année prochaine.


Correspondance écolière [1]

Yolande vient de passer deux semaines ici au Congo (entre Pointe-Noire et Brazzaville), nous nous sommes rencontrés malgré son programme chargé et elle nous a effectivement transmis le courrier provenant des jeunes écoliers de Laura qui correspondent depuis Quintin.

Nous avons aussi remis à Maîtresse Blanche, aux CP1 et CM2, le courrier de Krystell. Ils ont promis de lire attentivement leurs lettres et répondre à leurs amis français et nous espérons que le courrier retour pourra être acheminé en France par Jean-Aimé.

Nous avons rendez-vous avec Mr Michel, le Directeur des études le jeudi 13 prochain pour faire le point sur la visite de l'éco site et préparer ensemble le contenu des "Hottes pédagogiques" à envoyer à Notre Dame et Plélan Le Grand.


Journée mondiale de l'environnement

Dans le cadre de la journée mondiale de l’environnement, à l'initative du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE),

 

Yidika Village Créatif organise, ce 5 juin 2013, une journée porte-ouverte à Pointe-Noire dans le centre de ressources hébergé par notre partenaire l’AJID, et géré par nos deux volontaires Charly et Aurélie, sur

  • des actions de sensibilisation sur le développement durable

Le recyclage des déchets ménagers

Le cuiseur à bois économe (CBE)

  • Présentation du projet de construction d'une maison de la nature, lieu de rencontre et d’échange des associations.

Bilan par rapport aux objectifs de départ :

  • Plus de 200 personnes ont été sensibilisées.
  • Les adultes ont particulièrement apprécié la démarche globale. Le passage sur les différents ateliers ont parfois donné lieu à des échanges d’informations, d’expériences.
  • Les enfants accueillis avaient entre 8 et 20 ans. Ils se sont montrés attentifs et intéressés. Ils ont retenu qu’on redonne à la Nature une partie de ce qu’elle nous a donné et qu’elle nous redonne à son tour (œufs, légumes frais).
  • L’éco site de Mpaka est connu des habitants du quartier, des téléspectateurs de Pointe Noire grâce au reportage télé diffusé lors du journal de 20h.
  • L’organisation de cet évènement avec une partie des bénévoles de DYDECO a été un succès

 

Bénéfices secondaires :

  • Demande d’une réunion de travail par les responsables de l’école Emmancel pour utiliser le site comme support pédagogique
  • 2 enseignantes de Madre Morano ont demandé les « recettes » des produits ménagers pour les intégrer dans le contenu de l’enseignant qu’elle dispense (l’enseignante « d’Hygiène alimentaire et vie quotidienne » et l’enseignante d’alphabétisation.
  • Des responsables d’autres quartiers nous ont interpelés pour nous féliciter sur les actions menés (vues à la TV) et pour exprimer des souhaits de collaborations futures (par exemple à partir du Centre de Ressources Ô Mbongui des Jeunes)

 


Opération "plage propre" à Pointe-Noire

02/06/13

Ce dimanche, Centre de Ressources Ô Mbongui des Jeunes, issu du partenariat entre l’AJID et son partenaire français Yidika, a répondu à l’appel de la Direction Départementale de l’Environnement de Pointe Noire.

En effet, à l’occasion de la Journée Mondiale de l’Environnement du Mercredi 05 Juin, une semaine de sensibilisation à la protection de la Nature a été programmée. Dans ce cadre, les structures et associations ont été invitées à participer à l’opération plage propre prévue ce dimanche sur la plage de Songolo, au Nord Ouest de Pointe Noire.

Malgré l’annulation de dernière minute, faute de moyens financiers semble-t-il, l’équipe du Centre de Ressources a tenu à nettoyer la plage, comme prévu initialement.

Ainsi, de 9h30 à 12h30, l’équipe de l’espace Ô Mbongui des Jeunes, renforcée par quelques jeunes habitants du quartier de Songolo a ramassé et trier des déchets de toutes sortes trouvés sur la plage. Bouteilles en plastique, cannettes en aluminium, sachets individuels de lait ou lessive, bocaux en verre, couches jetables, pots de peinture vides, bombes aérosols, seringue usagée,… tout ces déchets jetés dans la nature et qui polluent les cours d’eau, la mer, les plages, les rues faute de système de collecte et de traitement des ordures ménagères.

Cette opération, même symbolique de la société civile, a le mérite de sensibiliser le grand public sur sa responsabilité citoyenne et les autorités compétentes sur l’importance de développer un plan d’assainissement adapté à une grande agglomération comme Pointe Noire.


Yidika rencontre avec l'Institut français du Congo (IFC)

avec Delphine Ménage, responsable du livre et de la médiathèque l'IFC de Pointe-Noire

Yidika rencontre Delphine Ménage de l'Institut français du Congo

Le 17/05/13, le centre de ressources « Ô Mbongui des Jeunes » a reçu comme prévu Madame Delphine Ménage qui est chargée de mission Livres et Responsable de la médiathèque de l’IFC de Pointe-Noire depuis septembre dernier. Cette rencontre de travail avait pour objectifs de :

  • faire connaître notre espace associatif, son centre de documentation, le cyberespace, l’accompagnement des jeunes vers l’emploi ;
  • discuter avec Delphine des possibilités de partenariat et/ou de collaboration avec l’IFC ;
  • lui faire rencontrer des jeunes élèves du Collège Pierre Tchicaya de Bonpierre (collège PTB) afin de parler de façon croisée de l’accès aux livres et à la culture en général.

Arrivée vers 10h30, Delphine a rencontré l’ensemble de l’équipe du centre de ressources avant de discuter longuement avec Fanck Roger MATOKO, Président de l’AJID et Charly KOUMBA, Coordinateur du « Mbongui des Jeunes ». Cet échange nous en appris un peu plus sur les activités de l’IFC, le plus important espace culturel de la ville. Il est situé en centre-ville donc pas toujours facile d’accès pour les jeunes des quartiers périphériques comme Mpaka.

 

L’IFC de Pointe-Noire fait partie du réseau mondial des centres culturels français et propose une large gamme de programmes et activités tout au long de l’année : programmation culturelle et artistique allant des arts plastiques au Slam en passant par le cinéma, la musique, le théâtre, les conférences et les débats de société.

Il met à la disposition de ses usagers les services suivants : un hall presse de 50 abonnements, une médiathèque riche de plus de 20 000 documents (livres, bd, films, cd, cdrom, etc.) se composant d’un centre de documentation et de deux bibliothèques jeunesse et adulte, un cyber espace en libre accès, des ateliers pédagogiques à l’attention des enfants et lycéens, une antenne Campus France pour ceux désirant poursuivre leurs études en France, un Point Europe Info mis en place avec la délégation de la Commission européenne.

 

La nouvelle équipe de l’IFC dirigée par Mr Franck PATILLOT partage l’idée de « ramener la culture et l’information à la cité » comme nous l’avons réalisé en créant l’espace « Ô Mbongui des Jeunes ». Nous avons ainsi très vite abordé les possibilités de collaboration que cela pouvait impliquer à savoir très concrètement :

  • se rencontrer à nouveau dès juillet prochain pour associer « Ô Mbongui des Jeunes » à la grande foire du livre de l’IFC ;
  • nous prêter des livres et autres supports pour toutes nos actions de communication (festival, exposition)
  • délocaliser dans le quartier certains programmes de l’Institut par le biais de notre centre
  • mettre à notre disposition leur salle de conférence ou hall d’exposition en fonction de leur agenda
  • être le relais de l’Institut auprès des écoles du quartier.

Toutes ces pistes de travail pourront se formaliser par une convention de partenariat, ce qui pour notre centre représente une belle opportunité pour se renforcer et se faire connaître.

 

Dans un second temps, Delphine a rencontré 7 collégiens, élèves en troisième à Pierre Tchicaya de Bonpierre, une école du quartier. Après avoir présenté le centre culturel français aux jeunes, Delphine leur a parlé du partenariat envisagé avec leur espace « Ô Mbongui des Jeunes », les jeunes auront la possibilité de profiter des tarifs préférentiels et par groupe de dix adhérents pourront bénéficier d’une navette gratuite pour aller assister aux activités de leur choix. Elle a également insisté sur le fait qu’il fallait faire tomber le cliché de cet « Institut français » basé en ville et perçu comme réservé aux blancs ou aux riches. Les tarifs sont accessibles et un effort est fait pour s’ouvrir le plus possible aux jeunes congolais.

 

Ensuite, les jeunes, visiblement ravis de pouvoir parler avec la représentante de l’IFC, ont parlé de leur passion du livre, de leur difficulté à accéder à la culture car issus de familles modestes et fréquentant des écoles dépourvues de centre de documentation. Un groupe de trois jeunes en train de rédiger un livre ont sollicité l’aide de Delphine pour espérer trouver un éditeur par le biais des concours ou des bureaux du livre. Charly a pris rendez-vous avec ces jeunes et leur professeur de français pour participer au « livre du mois » organisé par l’IFC, le dernier samedi du mois donc en l’occurrence le 25 mai prochain.

La rencontre très riche et intéressante s’est prolongée autour d’un pot convivial en présence de Freddy, chauffeur venu pour raccompagner Delphine.


« Ô Mbongui des Jeunes » participe au Salon de l’Emploi

Les 14 et 15/05/13, le Centre de Ressources Ô Mbongui des Jeunes a été sollicité par UNICONGO (Syndicat patronal regroupant environ 300 entreprises) pour sa participation 6ème édition du Salon de l’Emploi, dans le cadre de l’activité d’accompagnement à l’insertion professionnelle des jeunes (historiquement portée par l’AJID) et dans la perspective d’une collaboration concrète autour des demandes d’emploi accompagnées par le Centre de Ressources.

 

Moyens humains mobilisés : 3 personnes (pendant 2 jours, de 9h à 17h)

 

Moyens techniques :

  • des fiches techniques synthétiques sur comment rédiger un CV et une lettre de motivation
  • le schéma « cercle vertueux de la recherche d’emploi » : les conditions nécessaires à une bonne recherche
  • un affichage sur tous les services proposés par « Ô Mbongui des Jeunes », une banderole, un panneau

 

Moyens financiers :

  • les transports (notamment du matériel) ont été pris en charge par AJID : environ 5 000F CFA

 

Bilan de l'action :

 

La présence du centre de ressources au salon de l’emploi avait pour objectifs d’accompagner des groupes de jeunes demandeurs d’emploi dans leur recherche.

Il animait deux ateliers : un sur la rédaction d’un CV et l’autre sur la rédaction d’une lettre de motivation. L’atelier reprenait aussi la démarche globale de recherche d’emploi, en partant du choix de l’orientation, en passant par l’importance de bien définir son projet professionnel et de connaître le marché de l’emploi jusqu’à la rédaction du CV ou de la lettre de motivation selon l’atelier.

 

  • Nous estimons avoir reçu environ 400 jeunes sur les deux jours, pour les deux ateliers.
  • Les retours des jeunes sur l’apport de l’atelier fut très valorisants pour nous.

 

Les bénéfices secondaires de l’action :

 

  • Une occasion de faire connaître les différents services du Centre de Ressources auprès d’un large public,
  • Une reconnaissance des partenaires locaux (entreprises, centres de formation, média,…) qui nous ont dit avoir de bons échos de nos ateliers ce qui crédibilise l’ensemble de nos actions.

Yidika rencontre Renatura

Bonjour les amis,
Comme promis, nous vous adressons le compte-rendu de notre rencontre de travail ce 10/05/13 avec Nathalie Breheret et Alexandre Girard, représentants tous deux les antennes France et Congo de l'association Renatura.
Il s'agissait (comme l'a rappelé Jean-Aimé) d'échanger de façon formelle sur les conditions de création et de partenariat éventuel entre nos associations respectives.
Nous allons prochainement rencontré un à un quelques présidents d'associations congolaises de Pointe-Noire pour cette fois-ci étudier cette autre hypothèse. C'est un travail progressif et méthodique en raison de l'importance du projet et du fait que le cadre associatif est très différent du modèle "France", ce qui suppose de bien prendre en compte tous les paramètres.
Comme l'AG a opté pour notre adhésion au PCPA, leur assemblée plénière qui lancera la prochaine phase a lieu dans environ 1 mois à Brazzaville. A cette occasion, si Jean-Aimé vient représenter Yidika dans la capitale congolaise, nous pourrions mettre à profit ces retrouvailles pour avoir aussi l'avis et le conseil de la coordinatrice nationale du PCPA sur notre projet d'écocetre à Pointe-Noire.
Bonne lecture et à très bientôt.
Charly et Aurélie

VSI YIDIKA

 


Visite de Mr Mbama Albert

Aurélie & Charly ont reçu, au centre de ressources, la visite de Monsieur Mbama Albert, Directeur départemental de la formation professionnelle à l'ONEMO (le pôle emploi local). Il trouve les réalisations de Yidika intéressantes, un interlocuteur important à double titre dans notre projet d'écocentre car il préside également l'ADE (Association pour la défense de l'Environnement et la promotion de l'écotourisme).


Yidika fait son AG le 19/04/13

... et vous êtes cordialement invités !

Télécharger
Convocation à l'Assemblée Générale du 19/04/13
19/03/13
2013-03-19+convocation+AG+2013.pdf
Document Adobe Acrobat 40.6 KB
Télécharger
Pouvoir pour l'assemblée générale du 19/04/13
yidika+pouvoir+pour+AG+2013.pdf
Document Adobe Acrobat 59.3 KB

Quelques photos de l'AG 2013 à Saint Brandan :

Le compte-rendu est disponible ici.


Lettre ouverte d'Aurélie & Charly

18/03/13
Bonjour à tous,
 J'espère que vous vous portez bien et que le printemps vous apportera un peu plus de soleil pour tourner le dos à la grisaille hivernale. Nous sommes à Pointe-Noire depuis près de 7 mois pour réaliser les projets portés par notre association Yidika, Village Créatif. Inutile de vous redire que les défis sont nombreux, il nous faut nous adapter aux réalités locales tout en gardant le cap des objectifs que nous nous sommes fixés. Aurélie et moi vous redisons un grand MERCI car sans vous notre mission n'aurait pas de sens et serait tout simplement impossible, MERCI aussi à tous les bénévoles, amis et sympathisants de l'association.
Nous avons choisi d'organiser notre travail autour de trois axes :

1- Le centre de ressources
L' AJID a mis à notre disposition une partie de ses locaux pour y accueillir le centre de ressources. Dénommé "Ô Mbongui des jeunes", il comprend un cyberespace et un petit centre de documentation. Ouvert depuis bientôt trois mois, l'espace "accès internet" connaît une fréquentation croissante et un engouement de la part des jeunes du quartier. La majorité des écoles de notre zone (Mpaka 120) ne dispose pas de médiathèque et d'après les premiers résultats de l'enquête réalisée sur le profil des utilisateurs, on remarque une majorité de jeunes scolaires pour naviguer sur les réseaux sociaux mais également pour rechercher des livres, cours ou envoyer des dossiers d'inscription en ligne.
Ce cyberespace est un vrai outil de travail pour nous et une véritable fenêtre sur le monde pour les utilisateurs de ce quartier populaire de Pointe-Noire. L'abonnement mensuel coûte 150.000 F CFA (environ 230 €). Il nous faut une recette journalière d'environ 15€ pour espérer rentabiliser abonnement, payer l'équivalent d'un demi temps plein, ce qui assurerait la pérennité de cette activité. L'augmentation du nombre d'internautes nous permet de penser que cet objectif pourra être atteint à moyen terme.
Le centre de documentation est constitué d'une petite bibliothèque (développent durable, Afrique,...) et un coin "Infos culture". Nous avons près de 400 livres, quelques CD, affiches et outils pédagogiques. Nous proposons aux utilisateurs un abonnement (4€/an) pour consulter gratuitement les livres, un tarif avantageux pour l'accès internet et un accompagnement à la navigation.

2- Le site expérimental
Nous avons mis en place autour de notre maison dans la parcelle des outils pour expérimenter :
* Le Cuiseur à Bois Économe (CBE)
* Le composteur
* Un petit élevage avicole
* Un jardin agro-écologique (en création)

3- Les projets de développement communautaires
Après deux mois d'utilisation, nous avons initié un projet pilote de promotion et diffusion de CBE  auprès de dix familles de notre quartier. Les premiers retours sont très encourageants, les femmes parlent d'une économie de 30 à 40 % sur leur budget combustible. Nous venons de fabriquer un CBE prototype, ensuite les dix ambassadrices seront chargées d'en assurer la diffusion. A terme, une association des habitants du quartier  devrait être créée pour assumer la continuité et ils parlent de construire un petit atelier de soudure pour fabriquer entre autres des cuiseurs écologiques.
Notre projet n'a hélas pas été retenu par le comité de pilotage de BOLIVIA INTI mais nous espérons bien lever d'autres aides pour aller au bout de ce projet qui intéresse vraiment les femmes de Mpaka.

Notre insertion dans la vie locale a été facilitée par le fait que les enfants sont scolarisés dans une école du quartier. Nous en avons profité pour établir des liens de correspondance entre ce groupe scolaire "Emmancel" et les écoles Notre Dame (Quintin) et celle de Plélan Le Grand. Aurélie donne bénévolement des cours de français dans un centre professionnel tenu par des sœurs Salésiennes.
Notre objectif, pour les mois à venir, est de mener à bien les différents chantiers ouverts et parallèlement nous prenons les contacts utiles pour continuer à étudier la faisabilité d'un écocentre à Pointe-Noire. Tous les acteurs s'accordent sur la nécessité de créer une Maison des associations, il faut trouver le terrain, les financements et surtout un collectif pour porter ensemble ce projet. C'est pourquoi nous prenons les contacts nécessaires pour vous donner dès que possible des éléments d'appréciation précis.

Voilà résumé à peu près ce qui rythme notre mission, nous donnons le meilleur de nous même pour contribuer avec vous tous à rendre ce Monde un peu plus solidaire.

Merci encore de votre soutien et de vos retours.
Bonne journée et à très bientôt.

Charly et Aurélie
Coordinateur et Chargée de projet
VSI YIDIKA
Pointe-Noire CONGO
YIDIKA, Village Créatif
Comme promis, voici donc les premiers clichés de notre site expérimental en création. L'idée est de créer, autour de notre maison, dans la parcelle des "petits îlots" pour expérimenter en réel des alternatives durables dans l'esprit de notre projet d'écocentre :
  • le Cuiseur à Bois Econome (CBE) pour la préservation des écosystèmes forestiers et et réduire les dépendes en combustible pour les familles
  • la zone "Gestion des déchets ménagers" avec le composteur, l'incinérateur après un tri sélectif
  • le potager en carrés pour produire quelques légumes et améliorer l'alimentation
  • le petit poulailler pour valoriser une partie des déchets et produire œufs et poulets de chairUne fois finalisé, le site sera ouvert aux habitants du quartier, au grand public, aux scolaires et d'autres structures associatives pour des visites, susciter l'échange et la réflexion sur les initiatives citoyennes face aux défis du quotidien.
Déjà, le projet de diffusion de Cuiseurs à Bois Économes est bien accueilli par les familles, nous avons fabriqué un prototype en attendant la réunion bilan sur l'expérimentation toujours en cours auprès de dix familles.

Le Cuiseur étant prêté pour l'expérimentation, je n'ai hélas pu le photographier sur site. Bonne fin de journée et à très bientôt. Charly


Un manguier à Saint-Brandan

Bonjour à tous ,

 

Saurez-vous reconnaître cette petite plante qui commence à bien pousser ?

 

Eh oui, c’est un manguier ! Et pas n’importe lequel... il a son histoire.

 

Annick avait rapporté quelques fruits du Congo : ananas, mangue... Nous avons partagé avec elle une de ces mangues. Bien-sûr, j’ai récupéré le noyau car notre projet de l’année avec les élèves est le jardin. C’est le premier noyau de manguier que j’arrive à faire pousser. En effet, les autres ont toujours subi la chambre froide. Mais David s’en occupe beaucoup, car à un moment j’ai failli le laisser sécher. Il lui faut beaucoup d’eau.

 

Bon dimanche. Laura

 
Coucou à tous,

Nous sommes tous en bonne santé à Pointe-Noire (suffisament rare pour être signalé), Aurélie est absente du centre de ressources cette semaine pour mener des enquêtes "terrain" dans le quartier.
Félicitations à Laura et David pour cette performance ! Un manguier à Saint Eutrope, quel talent !
Au Congo, c'est actuellement la saison des safou (aussi appelé atanga). C'est un petit fruit rose clair et qui devient bleu à maturité, on le cuit de trois manières : par immersion dans l'eau bouillante, sur la braise ou dans un four. Il accompagne bien les poissons braisés, Aubin et Ismaël en sont très friands.
Laura, peut-être pourrais tu prendre quelques photos de votre jardin pédagogique ? L'école Emmancel n'a pas de jardin mais il y a beaucoup de parcelles vides autour de l'établissement, ça peut leur donner des idées !
Bonne soirée à tous et à bientôt. Charly


Journée International des Femmes

Ce vendredi 8 mars 2013, la Journée Internationale des Femmes était une belle occasion d’interpeler les personnes venues au Centre de Ressources sur le thème :

 

« la Journée de la Femme. Et après ? Vos remarques, vos rêves pour les femmes ... »

 

Cette question accompagnée d’une exposition Devenir de femmes - Avenir d’Afrique (conçue et réalisée par l’AFASPA) nous a permis d’informer sur les conditions de vie de femmes africaines dans différents pays d’Afrique.

Cela a constitué un bon support de discussion. Nous avons décidé de laisser l’exposition une dizaine de jours et de la compléter par une autre petite exposition sur la journée des femmes à Pointe Noire, réalisée par Aurélie à l’issue de cette belle journée du 08 mars !

Télécharger
Journée Internationale des Femmes à Pointe-Noire
Visages et Paroles de Femmes : propos recueillis et illustrés par Aurélie
2013-03-08 yidika Journée Internationale
Document Adobe Acrobat 513.6 KB

Sur le terrain...

Franck-Roger Matoko (pour l'AJID) et Aurélie Bigoundou Koumba (VSI Yidika Village Créatif) présentent le cyber-espace mis en place par les deux associations.

Charly Bigoundou Koumba (VSI Yidika Village Créatif) présente le Centre de Ressources installé dans les locaux de l'AJID à Pointe-Noire.


Des étonnants ponténégrins à "Etonnants Voyageurs"

Les sept étonnants ponténégrins qui ont participé au Festival international du Livre à Brazzaville vous partagent leurs impressions et souvenirs. Riche expérience pour ces jeunes qui ont vécu des instants inoubliables et rencontré de grands auteurs africains dont Alain Mabanckou, co-président de ces "Étonnants Voyageurs".

Vous en souhaitant bonne lecture. A très bientôt.  Charly

Dans le cadre du festival international du Livre et du Film à Brazzaville du 13 au 17 février 2013

 

Une grande première dans la capitale congolaise, plus de 90 écrivains invités, des cafés littéraires, des concerts, projections de films, ateliers de peinture, cafés Slam, débats, rencontres...

Un public au rendez-vous, de nombreuses surprises, de belles rencontres, de la joie, des émotions, du rythme, du flow, ...

Ce premier grand rendez-vous littéraire au Congo aura été un vrai succès populaire et les 7 étonnants voyageurs venus de Pointe-Noire vous racontent leur Festival...

 

Etonnante Sophia, 18 ans, Volontaire autrichienne au Centre paroissial Saint Jean Bosco

Etonnante Cathy, 19 ans, également Volontaire à Jean Bosco

Etonnante Anka, 19 ans, Volontaire au Centre de formation Madre Morano

Etonnant Charly, 39 ans, Volontaire YIDIKA, coordinateur du centre « Ô Mbongui des jeunes »

Etonnants Laëtitia (18 ans), Stone (14 ans) et Privilège (13 ans), tous trois gagnants du jeu concours organisés à cette occasion.

 

Vendredi 15

 

Le groupe est parti de la paroisse Saint Jean Bosco vers 13h30 accompagné par le Frère David jusqu’à l’aéroport Agostino Neto de Pointe-Noire. Embarquement à bord d’un vol de la compagnie TAC (Trans Air Congo), direction Brazzaville que nous avons rejoint après un vol de 40 mn.

Nous y avons été accueillis chaleureusement et pris en charge par le Père André, responsable logistique de la Cité Don Bosco, située à Massengo un quartier à l’extrême nord de Brazzaville.

Après avoir pris nos quartiers, installé nos bagages et dîné, nous sommes arrivés au Palais des Congrès vers 19h30. Première belle surprise, rencontre inattendue avec l’écrivain congolais Alain Mabanckou, co-président de ce Festival.

Nous avons été immédiatement plongés dans l’ambiance festive avec un concert exceptionnel animé entre autres par le showman Zao (auteur du tube Ancien Combattant) et clos au rythme endiablé du Ndombolo par Roga Roga, idole de la jeunesse brazzavilloise.

 

Samedi 16

 

Arrivés à l’Institut français (ex Centre culturel français) dans la matinée, nous avons travaillé et révisé avec les jeunes l’œuvre littéraire d’Alain Mabanckou. De son premier roman Bleu-Blanc-Rouge, à sa toute dernière publication, Lumières de Pointe-Noire, les jeunes ont revisité la vie et la carrière du célèbre écrivain-monde, avant la rencontre tant attendue et négociée pour le jour même 16h30 avec son attachée de presse (sa femme Caroline).

Le café littéraire de 12h15 a été l’occasion de découvrir Lumières de Pointe-Noire, récit touchant et enjoué d’un retour au pays d’Alain Mabanckou, dans lequel plane l’ombre tendre d’une mère disparue alors qu’il était loin. A ses côtés, le belge David Van Reybrouck auteur d’un ambitieux essai de 700 pages sur l’histoire du Congo (RDC) des origines à nos jours.

La pause gourmande du midi a été l’occasion d’une escapade touristique au bord du fleuve Congo pour visiter les rapides et cataractes du Djoué. Les étonnants ponténégrins ont pu s’y rafraichir, échanger sur leurs impressions et profiter de la vue imprenable sur Kinshasa, capitale du Congo voisin.

17h, le moment tant attendu ! Mr Alain MABANCKOU nous reçoit dans la salle de presse du palais des congrès pour environ une heure d’échanges, de questions, dans la détente et l’émerveillement des jeunes. Nous avons longuement discuté avec lui sur :

- ses sentiments, après la sortie de son premier livre, à l’obtention de son premier prix ;

- sa famille, ses enfants, s’ils deviendront écrivains ou artistes à l’image de leur Papa ;

- son parcours, la difficulté de trouver un éditeur pour un jeune écrivain encore inconnu ;

- son histoire affective et presque d’Amour avec la ville de Pointe-Noire, objet régulier de son écriture, ses projets, son engagement politique et bien d’autres sujets.

 

Après la photo de famille, c’est un groupe joyeux qui s’est rendu au grand auditorium de l’Institut français pour la soirée Vibrations urbaines. Grand moment de fête où pendant 1h30 un groupe mixte de jeunes artistes maliens, congolais, néo-calédoniens ont enflammé le public sur un mélange de Slam, Rap, musique et danse. C’est un groupe d’étonnants ponténégrins ravis qui ont rejoint la cité Don Bosco aux alentours de minuit.

 

Dimanche 17

 

Réveil matinal pour assister à l’office dans la petite chapelle de la communauté, petit-déjeuner puis cap sur le palais des congrès où nous avons assisté à la seconde partie du débat Afro-Latinos : La rencontre des continents.

S’en est suivi un très passionnant café littéraire dans le hall de l’institut français autour des écrivains Ousmane Diarra (Mali), Abdulrazak Gurnah (Zanzibar), Emilie Prophète (Haïti), Elizabeth Tchoungui (franco-camerounaise). Leurs livres sur le thème des migrations ont suscité des échanges riches, particulièrement sur la situation sociopolitique actuelle au Mali.

Après la pause déjeuner, les « Etonnants ponténegrins » ont assisté à la projection de « TSOFA », du jeune cinéaste congolais Rufin MBOU MIKIMA. Ce documentaire raconte la mésaventure de ressortissants congolais de RDC, recrutés à Kinshasa, engagés comme chauffeurs de taxi à Bucarest mais qui sur place vivent un vrai cauchemar, exploités et pour certains expulsés, loin des belles promesses sur le salaire.

 

Le groupe est allé ensuite au Centre culturel Congo Square pour un café Slam animés par l’artiste Rouda, au verbe haut et la rime assassine aux côtés du volcanique slameur néo-calédonien Paul Wamo.

Le benjamin de notre groupe Privilège a eu le privilège de conter son histoire, le récit qui lui a permis de gagner le jeu-concours et d’assister au Festival à Brazza. Souvenir inoubliable !!

19h 30 : Retour au palais des congrès, dans les jardins, au Village du Festival pour la grande soirée de clôture.

Après les remerciements et mots de satisfaction des deux co-présidents et de l’équipe d’organisation, nous avons à nouveau vibré aux rythmes du Reggae, de nombreux sketches et des Vibrations urbaines.

 

Lundi 18

 

Clap de fin, les rideaux sont tombés sur ces « Etonnants Voyageurs Brazza 2013 ». Ce matin, la pluie qui tombe sans discontinuité sur la ville nous empêche d’aller visiter le mausolée Pierre Savorgnan de Brazza, nous mettons à profit ce temps pour compléter notre carnet de voyage et passer un moment en compagnie de cette très accueillante communauté de Pères Salésiens.

A 14h, toute l’équipe se dirige vers Maya-Maya l’aéroport international pour regagner la côte atlantique.

Ce voyage aura été un agréable temps de partage entre volontaires de solidarité internationale de différents pays, passionnés de livres mais aussi et surtout un souvenir inoubliable pour Laëtitia, Stone et Privilège, heureux gagnants de cette opération « Culture pour tous ».

 


Voyage des « étonnants ponténégrins »

Evènement : « Culture pour tous »

 

A l’occasion du festival des Etonnants Voyageurs qui a lieu à Brazzaville du 14 au 18 février 2013, l’espace culturel « Ô Mbongui des jeunes » en partenariat avec la bibliothèque de paroisse Saint Jean Bosco et le centre professionnel Madre Morano organise l’opération « Culture pour tous ».

La capitale congolaise accueille pour la première fois ce grand rendez-vous littéraire. « Culture pour tous » est une action initiée par des volontaires de solidarité internationale pour permettre à quelques jeunes de Pointe-Noire de partir à la rencontre de grandes figures de la littérature africaine invitées dans la capitale congolaise.

 

Festival des Etonnants Voyageurs : KEZAKO ?

 

Après Port-au-Prince, Bamako, Missoula ou Dublin, c'est pour la première fois au Congo, à Brazzaville, que le festival Etonnants Voyageurs fera escale du 14 au 18 février 2013.

Ce premier festival international du livre et du film à Brazzaville, l'une des capitales des lettres africaines, sera l'occasion d'accueillir de nombreux écrivains, cinéastes et musiciens d'Afrique et du monde entier.

 

Romancier, poète et professeur de littérature francophone à Los Angeles, l'écrivain d'origine congolaise Alain Mabanckou, codirecteur de ce festival, auteur en 2012 du "Sanglot de l'homme noir" et de son premier polar "Tais-toi et meurs", doit publier en janvier 2013 "Lumières de Pointe-Noire", au Seuil. Il a obtenu le prix Renaudot pour "Mémoires de porc-épic" en 2006.

Depuis 2006, l'édition internationale des Etonnants Voyageurs se déroulait en alternance à Bamako, au Mali, pays aujourd'hui en crise, et à Port-au-Prince en Haïti, à l'exception de 2010 où le séisme meurtrier du 12 janvier avait empêché sa tenue.

En quelques années, cette manifestation s'est imposée en Afrique "comme le lieu d'affirmation d'une nouvelle génération d'auteurs africains décidée à prendre toute sa place dans le vaste ensemble que constituent les littératures de langue française", soulignent les organisateurs.

 

Créé au printemps 1990, notamment par le breton Michel Le Bris, le festival Etonnants Voyageurs, qui explore les littératures du monde, se déroule chaque année à Saint-Malo. Il a rejoint en février 2012 la Word Alliance, rassemblement des plus importants festivals de littérature, de Toronto à Pékin en passant par New York, Jaipur, Edimbourg, Berlin et Melbourne.

 

 

Pourquoi l’opération « Culture pour tous » ?

 

Ce projet est né de la rencontre entre des volontaires de solidarité internationale (VSI), Charly BIGOUNDOU et Sophia STANGER.

 

Charly, envoyé par l’association française Yidika en partenariat avec la DCC est le coordinateur du centre de ressources « Ô Mbongui des jeunes » créé depuis peu dans les locaux de l’association AJID, leur partenaire à Pointe-Noire. Le centre, axé sur le développement durable et la solidarité internationale, accorde aussi une place de choix aux littératures d’Afrique francophone.

sophia stanger

Sophia, volontaire autrichienne est accueillie pour un an au sein de la paroisse Saint Jean Bosco de Tié-Tié à Pointe-Noire. Elle y enseigne l’anglais en plus d’accompagner les jeunes catéchumènes. Avec Kathi, sa compatriote également VSI, elles ont entrepris d’enrichir la bibliothèque paroissiale des jeunes en développant notamment le rayon « littératures Afrique et Caraïbes ».

 

Une volonté partagée, faciliter l’accès des jeunes de la cité aux livres et à la culture en général, et l’opportunité d’un grand rendez-vous littéraire dans la capitale congolaise ont motivé « cet étonnant voyage ».

 

Organisation du déplacement : deux jeunes issus du club de lecture et un autre jeune de la paroisse, tous lauréats d’un jeu concours organisé à cette occasion, feront partie du voyage, accompagnés par Sophia et Kathi. Charly et Mr Albert, conseiller jeunesse, représenteront l’espace « Ô Mbongui des jeunes ». Enfin Anka Heiman, volontaire de solidarité au centre de formation professionnelle Madre Morano fera aussi le déplacement.

 

« Les 8 étonnants voyageurs » arboreront tous un tee-shirt « étonnants pontenegrins », clin d’œil à Pointe-Noire, ville dont est originaire l’écrivain Alain Mabanckou, codirecteur du festival.

 

Le groupe séjournera à Brazzaville du 15 au 18 février (3 jours et 2 nuits). Départ de Pointe-Noire le vendredi 15 pour un retour le lundi suivant 18 février. L’hébergement pendant le temps du festival sera assuré par la communauté des Pères Salésiens de Brazzaville.